Actu - Je réutilise

Et si vous restauriez vos vêtements usés ?

La mode est un éternel recommencement, dit-on. Si la réutilisation est une solution, prolonger leur durée de vie, les réparer soi-même ou avec l'aide d'un spécialiste ou encore les "upcycler" sont autant d'alternatives pour éviter de les jeter.

Réparer ses vêtements usagés

Dans le domaine vestimentaire, l’achat en seconde main et la garde-robe plus « responsable » ont déjà leurs adeptes. Mais on peut encore aller plus loin en réparant soi-même ses vêtements. C’est en tout cas un excellent moyen de limiter la surconsommation et les déchets textiles.

Selon une étude menée par Labfresh et publiée sur le site gondola, le Belge jette, en moyenne, près de 15 kg de vêtements par an. Pourtant, seulement une partie est réutilisée ou recyclée puis revalorisée; montrant l’impact d’une telle consommation sur l’environnement.

Bien sûr, trier, revendre ou donner ses vêtements en vue de leur offrir une seconde vie est déjà une bonne solution. Mais les restaurer vous permettrait non seulement de faire un geste pour la planète, mais aussi de penser à votre porte-monnaie et de développer votre créativité

Tirer sur le fil

D’après des chiffres de l’organisme britannique Waste & Resources Action Programme (WRAP), prolonger la durée de vie des vêtements de neuf mois supplémentaires permettrait de réduire l’empreinte carbone d’environ 20 à 30%, alors on s’y met ?

Le DIY

Certes, on peut s’adresser à un professionnel pour réparer un vêtement abîmé et les offres de services de réparation sont de plus en plus nombreuses dans l’univers de la mode. Le site listminut référence plus de 400 couturières en Belgique. Il y en a forcément une près de chez vous.

Confinement aidant, la tendance du Do It Yourself a fait de nombreux adeptes, dans divers domaines, dont celui de la réparation de vêtements. Les sites et tutos foisonnent, offrant de précieux conseils pratiques pour se lancer dans ces opérations de restauration. Comme celui d’Atelier Unes, qui vous présente 7 astuces pour réparer vos vêtements vous-même.

Le site « Cours de couture » vous permet de trouver un atelier pour suivre une formation dans plusieurs villes belge.

L’upcycling dans le monde de la mode

L’upcycling est une démarche qui consiste à récupérer des produits ou matériaux pour les transformer en produits de qualité supérieure. Dans le domaine de la mode, certaines marques ont ainsi décidé d’adopter cette nouvelle pratique en proposant quelques pièces ainsi transformées dans leur collection.

C’est ainsi que la marque Banana Moon a créé une gamme de maillots de bain « upcycled » à partir de chutes de tissus non utilisées. Citons encore l’exemple de Yael Aflalo, ancienne mannequin, pionnière en la matière et qui a lancé sa marque californienne eco-friendly Reformation en 2009. Plus proche de nous, il y a La Gadoue, qui a créé, entre autre, une collection de textiles pour l’intérieur, dans une démarche d’économie circulaire.

Mais cette initiative n’est évidemment pas réservée aux grandes marques. Vous pouvez très bien vous lancer cette opération ZD. Vous cherchez quelques conseils pour commencer? Cela tombe bien: le site de Flair vous présente 10 idées de créations pour débutant. Ou encore le site de Biba Magazine qui vous propose 10 tutos faciles à appliquer belge ?

La valorisation des textiles

Heureusement, une partie des vêtements qui ne sont pas réparables ou pas réutilisables, sont revalorisés. 83% des textiles récupérés (soit 60% des textiles jetés) sont réutilisés ou recyclés.

La fédération RESSOURCES, qui représente les entreprises sociales et circulaires du secteur de la réutilisation des biens et des matières, permet de récupérer environ 60% des vêtements jetés, soit plus de 36.500 tonnes par an en Wallonie et à Bruxelles.

Les filières de traitement des déchets de vêtements récoltés sont:

  • 5 % de réutilisation via un réseau de boutiques de seconde main en Belgique
  • 50 % de réutilisation à l’exportation via des ONG partenaires
  • 28 % de recyclage (chiffon d’essuyage, rembourrage et effilochage)

A lire également