Actu - Je réutilise

La fripe, c’est chic!

De la haute couture aux armoires de nos grand-mère en passant par les boutiques dédiées, la fripe fait peau neuve!

La fripe, une longue histoire!

Précurseurs du tri, les « chiffonniers » du 19e  siècle constituaient une corporation importante à Paris et ailleurs. La fripe dominait largement le marché du vêtement.

Reléguée au second plan avec l’essor de l’industrie textile, les vêtements à bas prix et les modes changeantes, la fripe retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse. Vintage et récup retrouvent le chemin de nos armoires pour le plus grand plaisir de fashionistas.

Pour tous les goûts et toutes les bourses

Autrefois considérés comme une alternative « pas chère », les vêtements de seconde main attirent aujourd’hui un public beaucoup plus large, avec des boutiques spécialisées et des initiatives de grandes marques. La « fashion week » ne fait pas exception avec les « green carpet Awards » qui tendent à favoriser les initiatives pour une mode plus durable, même sur les podiums de haute couture.

Du fun en plus!

L’achat de vêtements de seconde main peut être habituel ou occasionnel et permet des « bons plans » parfois insoupçonnés, par exemple:

  • Certains grands noms de la mode sont tout simplement impayables pour la plupart des gens sauf… en seconde main! Une bonne façon de vous gâter avec une « belle griffe » sans vous ruiner.
  • Trouver « the » vêtement qui vous évitera à coup sûr de vous retrouver à une soirée avec la même tenue que votre cousine Hortense que vous ne pouvez pas encadrer!
  • D’être tendance, tout simplement, avec une touche vintage.
  • D’avoir d’excellentes surprises avec des pièces en état impeccable à un prix défiant toute concurrence.

« Je n’ai plus rien à me mettre! »

Soyons honnêtes, nous sommes nombreux à avoir déjà prononcé cette phrase face à une garde robe débordant de partout! Entre les « on ne sait jamais » et les « ça ne ma va pas, mais c’est une belle pièce », on en arrive facilement à encombrer son dressing de vêtements que l’on ne porte pas. Quelques idées pour se désencombrer:

Un bon tri avec 3 piles:

  • Pile 1, à garder. Les vêtements de cette pile répondent à trois critères: vous les aimez, ils vous vont et vous les portez. Pour ce dernier point, si cela fait plus d’un an que vous n’avez pas porté ce vêtement, autant vous en défaire.
  • Pile 2, à à revendre ou à donner. Trop petits, trop grands, jamais portés… mais en suffisamment bon état pour qu’ils puissent être portés par quelqu’un d’autre.
  • Pile 3, chiffons et déchets. Vêtements déchirés, jaunis, tâchés… A convertir par exemple en chiffons à poussière, à peinture… ou à jeter en dernière extrémité dans les ordures ménagères.

Une pièce qui rentre = une pièce qui sort

Un principe pas toujours facile à appliquer face à « ce petit top trop mignon », mais le simple fait de se demander quelle pièce on est prêt à sortir de sa garde-robe pour y mettre ce fameux petit top peut vous éviter un achat irréfléchi. D’une manière générale, prendre un tout petit peu de temps de réflexion avant de céder à l’envie est un bon moyen d’éviter certaines dépenses.

Vérifier avant d’acheter

Certains vêtements peuvent être contraignants à l’entretien parce qu’ils ne peuvent être lavés qu’à la main ou au nettoyage à sec, ou encore parce qu’ils se froissent trop facilement. A moins que vous ne soyez un grand fan de lessive et repassage, ce type de vêtement est peut-être à éviter.

Emprunter ou louer

Typiquement pour les vêtements de cérémonie (mariage, cocktails…) que l’on ne porte qu’une fois toutes les 36 lunes, emprunt et location sont de moyens de se faire plaisir à petit prix sans s’encombrer.

Echanger

Certaines initiatives de bourses d’échanges existent, mais le moyen qui reste encore le plus simple et le plus fun, c’est d’échanger avec vos proches, amis, collègues… Que cela soit à l’occasion d’une soirée entre amis, un moment entre voisins. Et pourquoi pas organiser un moment d’échanges de vêtements au bureau, sur le temps de midi? Ce n’est pas très compliqué et peu s’avérer très convivial.

Donner

La Wallonie compte de nombreuses de bulles à textile, réparties sur l’espace public ou dans les recyparcs. Un moyen facile de se défaire des vêtements dont on ne veut plus avec, souvent, le souhait de poser un geste solidaire par la même occasion. Sur ce point, notez que différents opérateurs sont présents sur le marché: des entreprises privées « classiques » et des entreprises d’économie sociale.
Les entreprises classiques ne sont pas forcément illégales ou immorales, loin s’en faut. Mais, si vous souhaitez que votre don aie une portée sociale et environnementale, privilégiez les bulles textile portant le logo Solid’R qui vous garantit qu’il s’agit d’un opérateur à finalité sociale.

Revendre

Les possibilités de revente sont légion sur le web (eBay, 2ememain, Marketplace…) et les boutiques qui font de la vente de vêtements de seconde main font bien souvent également de l’achat.

Trio gagnant!

Toutes ces astuces sont bénéfiques pour votre portefeuille et pour l’environnement. Mais elles peuvent aussi vous faire gagner du temps. Comment? Tout simplement parce qu’un dressing plus aéré, c’est plus facile à gérer avec moins de lessive et de repassage. Un bonus non négligeable!