Dossier - 22 août 2019

Le jardin zéro déchet

Sommaire

Avez-vous remarqué que la notion même de "déchet" n’existe pas dans la nature? Elle (ré)utilise tout dans un cycle sans fin, à condition de rendre à la terre ce qu’elle nous donne: les déchets verts doivent être réintroduits au maximum dans "l’écosystème jardin".

Déchets verts, de quoi parle-t-on?

Tonte de pelouse, feuilles mortes, résidus de taille, de fauche et de désherbage, déchets du potager… plus de 200.000 tonnes de déchets verts sont déposés chaque année dans les recyparcs et transformés en compost par les intercommunales.

Ces collectes via les recyparcs et le traitement sur les sites de compostage ont malgré tout un coût financier et environnemental non négligeable. L’idéal est donc de les réduire, voie de les réutiliser soi-même.

Comment faire?

  • Aménagez (ou réaménagez) votre jardin sous l’angle « minimisation des déchets verts »;
  • Réutilisez les déchets verts directement au jardin.

Pour vous y aider en pratique, nous reprenons dans ce dossier quelques bonnes astuces que vous pouvez aussi retrouver en version brochure téléchargeable ici. La version papier sera bientôt disponible auprès de votre Intercommunale.

Jardiner zéro déchet, c’est facile, économique et écologique!

Prévention avant-tout!

L’idée maîtresse pour limiter la production de déchets au jardin, c’est de travailler avec la nature, pas contre elle.

ASTUCE 1: oubliez les pesticides!

Ils peuvent non seulement être dangereux pour notre santé, mais surtout pour notre environnement. De nombreuses alternatives naturelles existent. Certaines sont même à portée de main, dans votre jardin, en travaillant avec certaines plantes. La brochure « Le jardin zéro déchet », vous en présente quelques-unes.

Ils sont tellement nocifs, que si vous avez des restes ou des emballages de pesticides, apportez-les toujours au recyparc, dans la catégorie DSM (déchets spéciaux des ménages). Pour en savoir plus, consultez notre brochure « Moins de pesticides, moins de déchets spéciaux, moins de pollution »

Bon à savoir: l’utilisation d’herbicides à base de glyphosate, le plus connu étant le Roundup, est interdit pour les particuliers en Wallonie depuis le 1er juin 2017.

ASTUCE 2: favorisez le réemploi de vos outils

Pas outillés? Pour les outils aussi, il existe des astuces zéro déchet:

  • Empruntez ou louez. Si vous vous entendez bien avec vos voisins, le partage est une solution idéale: une seule tondeuse, un seul broyeur… La convivialité et les économies financières sont en bonus! Pour les plus gros appareils, pensez aussi à la location via les magasins de bricolage par exemple.
  • Entretenez et réparez. Bien entretenir et réparer ses outils, c’est prolonger leur durée de vie. Si vous n’avez pas l’âme bricoleuse, demandez un coup de main dans un Repair Café, par exemple.
  • Achetez en seconde main et de qualité.  On trouve de super occases en brocantes, sur le web ou via la famille… N’hésitez pas à faire une petite recherche autour de vous avant de vous rendre au magasin. Si un achat doit avoir lieu, privilégiez du matériel robuste et de qualité afin que votre râteau ne se casse pas les dents au premier caillou rencontré.

La pelouse

ASTUCE 3: Limitez la tonte à certains endroits

C’est le principe de la gestion différenciée: adaptez l’entretien en fonction de l’usage. Il n’est peut-être pas indispensable d’avoir une pelouse digne d’un green de golf dans des espaces où vous ne mettez pratiquement pas les pieds. Ce faisant, vous offrirez, en prime, une zone refuge à une foule d’espèces sauvages.

ASTUCE 4: choisissez une tondeuse mulching

  • Tondeuse mulcheuse: le principe est de broyer l’herbe très finement et de la laisser sur place. Les résidus de tonte finement coupés vont alors servir d’engrais naturel pour votre pelouse. Vous faites ainsi « coup double »: pas besoin de ramasser l’herbe et pas besoin de fertiliser votre pelouse. (en savoir plus)
  • Tondeuse robot: avec elle, non seulement vous ne ramassez pas les herbes, mais vous ne devez même plus tondre. Elle le fait à votre place, toute seule, commune pro. Plus onéreuse à l’achat, elle est néanmoins efficace et silencieuse. Attention aux hérissons: pour éviter d’en amputer un au passage, veillez à limiter l’usage du robot tondeuse en journée, avant 18h. Les hérissons ne sortent discrètement que le soir. C’est dès lors moins dangereux pour eux.

ASTUCE 5 : évitez de fertiliser votre pelouse

Si elle a été bien implantée au départ, la fertilisation est peu utile et va évidemment induire une croissance plus rapide ainsi qu’un besoin de tonte plus fréquent. Ceci est d’autant plus important si vous utilisez une tondeuse mulcheuse vu que les résidus de tonte fertilisent déjà le gazon.

Pour en savoir encore plus sur la pelouse en version écologique, téléchargez notre fiche conseil.

Aménagements malins

ASTUCE 6: privilégiez des semences à croissance lente

Lors du semis de la pelouse, privilégiez un mélange de graines à croissance lente. La mise en place sera plus longue mais cela limitera les besoins en tonte à l’avenir.

ASTUCE 7: créez une prairie fleurie

Vous pouvez aussi transformer une partie de votre pelouse en prairie fleurie. Bien conçue, avec des espèces adaptées et, idéalement, mellifères, cette solution est un régal pour les yeux et pour la biodiversité. Son entretien se limite ensuite à un fauchage annuel. (En savoir plus)

ASTUCE 8: installez une mare naturelle

Une mare naturelle ne demande pas forcément des aménagements lourds, des pompes et des traitements. Au contraire, plus vous privilégierez une mare proche de la nature, moins elle vous demandera d’entretien. Evitez d’ailleurs d’y mettre des poissons, cela vous donnera moins de travail et permettra à la faune sauvage de coloniser les lieux (En savoir plus)

ASTUCE 9: aménagez une rocaille

Là encore, vous pouvez allier l’esthétique, la réduction des besoins de tonte et l’accueil de la biodiversité. Un tel aménagement vous permettra en effet d’introduire de la diversité avec des plantes de milieux plus secs et d’offrir des abris appréciés par divers insectes, reptiles et autres mille-pattes. Vous pouvez aussi travailler en relief en créant une spirale à insectes (En savoir plus).

Les tailles

Lors de la plantation

ASTUCE 10: choisissez bien les essences

Le choix des essences est à prendre en considération lorsque l’on décide de planter une haie: privilégiez des espèces non invasives, adaptées à nos latitudes, aux conditions de sol et d’ensoleillement. Plantez-les au bon moment et au bon endroit. Privilégier les espèces à croissance lente permettra également d’espacer la fréquence des tailles.

ASTUCE 11: optez pour un type de haie adaptée

On peut distinguer deux grands types de haies:

  • Les haies denses. Ce sont celles que l’on utilise lorsque l’espace disponible est limité, lorsque l’on vise un effet d’écran ou que l’on cherche à éviter les intrusions (haie « défensive »). Ces haies sont plantées serrées, avec une seule ou plusieurs espèces, et nécessitent une à deux tailles par an.
  • La haie (semi-libre). Cette formule est à privilégier dès que l’espace le permet. Ce type de haie est planté beaucoup moins dense et ne nécessite pas de taille, ou très occasionnellement. Elle permet en outre une plus grande variété de structure avec des arbustes bas et haut ainsi qu’une diversité de floraison appréciable tant pour l’œil que pour la faune en cas de haie mélangée.

En savoir plus

Un espacement minimum entre les végétaux et par rapport aux limites est aussi nécessaire pour que les plantations se développent correctement sans entraver les plantes voisines et afin de pouvoir facilement en faire le tour pour les tailles si nécessaire.

Lors de l’entretien

ASTUCE 12: broyez les résidus de taille

Broyer les résidus de tailles est une excellente solution. En effet, le produit qui en résulte (le broyat) pourra être utilisé de diverses manières: paillage aux pieds des haies, en permaculture, création de sentiers, réserve de matière carbonée et structurante pour le compost…

Comment broyer?

Pour des petites branches (moins d’1 cm de section), vous pouvez les étaler au sol et passer la tondeuse dessus. Avec une tondeuse à bac, elles seront ainsi broyées et ramassées en même temps. La tondeuse mulcheuse est plus délicate et ne convient que pour des faibles sections. Cette technique est déconseillée si vous avez une tondeuse robot (appelée aussi « tondeuse tortue »).

Pour des sections de plus de 1 cm, un broyeur est indispensable. On préfèrera un broyeur qui écrase et éclate la branche plutôt qu’un broyeur à coupe.

Le jardin créatif.

ASTUCE 13: tressez les tailles, abritez la faune

Avec un peu de travail et d’imagination, les résidus de tailles peuvent aussi rencontrer d’autres usages, plus ou moins originaux:

Les tailles de saules (ou de noisetiers, frênes…) peuvent être tressées et devenir de belles décorations vivantes pour le jardin: bordures, murs de branches pour structurer son jardin ou protéger son potager du vent, tressage ornemental pour créer des cabanes ou autres coins plus intimes…

Cela permettra également à la biodiversité de pouvoir s’y développer et offrira un abri aux auxiliaires du jardin tels que les hérissons notamment. Vous pouvez même construire un abri spécialement dédié au hérisson avec des restes de tailles, des branchages et des feuilles mortes (En savoir plus)

ASTUCE 14: faites du bois de chauffage

Si vous êtes amené à abattre ou élaguer un arbre, n’oubliez pas d’en faire de belles bûches pour vous chauffer… ou pour chauffer vos amis si vous ne possédez pas de feu au bois.

ASTUCE 15: utilisez les tailles comme tuteurs

Servez-vous des branchages comme tuteurs: une pyramide de tailles peut servir de base pour faire grimper vos haricots.

ASTUCE 16: créez un mur en bois

Pour autant que la longueur des branches le permette, vous pouvez aussi construire un mur en bois en déposant toutes les branches et les résidus entre deux clôtures ou entre des pieux de bois. Il constituera une séparation naturelle dans le jardin. Très vite, les oiseaux, insectes et hérissons y trouveront un refuge idéal. Une autre idée consiste à faire pousser une plante grimpante à fleurs sur le mur.

Feuilles mortes

ASTUCE 17: laissez-les sur place

Les feuilles mortes doivent-elles forcément se ramasser à la pelle? Non! Le plus simple est de les laisser sur place. Leur décomposition apportera des matières nutritives fort intéressantes pour les végétaux.

ASTUCE 18: ramassez-les à la tondeuse

Si vous avez beaucoup de feuilles qui risquent d’étouffer votre gazon, passez tout simplement la tondeuse. Si c’est une tondeuse mulcheuse, les matières retourneront directement fertiliser votre gazon. Si c’est une tondeuse traditionnelle, les feuilles ainsi déchiquetées intégreront facilement votre compost

ASTUCE 19: stockez-les pour équilibrer votre compost

Vous pouvez aussi les stocker entière comme réserve de matière carbonée pour votre compost (En savoir plus sur le compostage)

ASTUCE 20: utilisez-les pour couvrir le potager

Elles feront aussi une excellente couverture pour le potager et les zones sans couvert végétal. Cela permettra ainsi de protéger la terre des intempéries et aussi aux micro-organismes de passer l’hiver.

ASTUCE 21: utilisez-les comme paillis au pied des arbres

Enfin, les feuilles mortes font des merveilles comme paillage: on les laisse en place au pied des arbres. Pour les feuilles épaisses (châtaignier, chêne, magnolia, laurier, lierre…) ou pour les laisser sur la pelouse: on les broie préalablement et finement à l’aide d’une tondeuse mulcheuse. Attention: pour les fruitiers, ne pas pailler la même espèce que les feuilles.

Vous avez dit « mauvaise herbe »?

ASTUCE 22: soyez tolérants

Le terme “mauvaises” induit le refus de leur présence. Appelons-les “spontanées”, “indigènes”, ”adventices” ou “non désirées”, mais pas “mauvaises” car elles ont bien des avantages. Elles offrent un jardin plus “naturel” favorisant des niches de biodiversité. Elles enrichissent les sols ou équilibrent la terre par leurs vertus naturelles, elles ont des qualités esthétiques (jolis coquelicots) et même gustatives… Quelques pousses vertes dans les graviers ou les parterres, des coquelicots dans le potager… tant qu’elles n’envahissent pas tout, soyons tolérants.

ASTUCE 23: agissez avant la floraison

Pour éviter la production des graines et l’ensemencement. Pour cela, il faut les sarcler, biner et extirper les plantes jusqu’à la racine (rhizomes) ou couper le plus souvent possible les parties aériennes pour affaiblir la plante. Oubliez le motoculteur qui sectionne les racines et multiplie les plantes et soyez persévérant en arrachant plusieurs fois jusqu’à ce que les vivaces s’épuisent.

ASTUCE 24: créez un faux-semis

Avant de planter ou semer les plantes que vous souhaitez: préparer le sol comme s’il allait être ensemencé. Dans ce terrain aéré et humide, les graines d’indésirables vont lever rapidement et pourront être sarclées. Renouveler l’opération 2 ou 3 fois pour épuiser le stock de semences des indésirables.

ASTUCE 25: empêchez la levée des graines 

En couvrant le sol de films biodégradables faits à base d’amidon de maïs, du feutre géotextile ou avec une toile de fibres tissées, les graines sont privées de soleil et ne peuvent plus se développer. Le paillis et les cartons de récup peuvent aussi couvrir la terre.

ASTUCE 26: utilisez des plantes couvre-sols 

Certaines plantes, grâce à leur port étalé, font obstacle à la lumière et empêchent les indésirables de pousser (genévrier, géranium vivace, santoline). D’autres fabriquent une substance anti-germinative (qui empêche les graines d’autres plantes de germer) libérée sur le sol par les feuilles mortes (phlomis, cistes). D’autres encore, comme le colza ou,la phacélie, sont des “engrais verts” qui améliorent la qualité des sols.

ASTUCE 27: rapportez les pesticides au recyparc

Le temps de l’éradication des mauvaises herbes à l’aide de désherbants toxiques est révolu! Parmi les pesticides utilisés au jardin, on distingue les herbicides, les insecticides et les fongicides. Tous ces produits phytopharmaceutiques ne sont pas sans danger, tant pour la santé que pour l’environnement.
Si, malgré tout, vous il vous reste des pesticides et leurs emballages, les recycparcs proposent aux particuliers la solution pour les éliminer dans le respect de l’environnement. Ils sont repris dans la catégorie DSM “Déchets spéciaux des ménages”. (En savoir plus)

Recettes et astuces

De nombreuses « mauvaises » herbes sont bien utiles au jardin ou en cuisine. Soyez tout de même attentif:

  • identifiez bien les végétaux utilisés et récoltez uniquement des plantes saines ;
  • respectez les dosages conseillés ;
  • au jardin, testez votre préparation sur quelques feuilles avant de pulvériser la plante entière ;
  • pour la cuisine, récoltez vos plantes loin des bords de route et autres sources de pollution.

ASTUCE 28: préparez des purins et décoctions

Orties, consoude, tanaisie… Ce sont des plantes pour soigner le jardin au naturel! En savoir plus

ASTUCE 29: savourez la nature

Votre jardin recèle des surprises gustatives! En savoir plus

Paillage

ASTUCE 30: paillez sans compter !

Dans la nature, les débris organiques tombent au sol et forment une couche qui se décompose grâce aux petits êtres vivants, au rythme des saisons. Cette décomposition lente et naturelle donne du humus qui nourrit les plantes. Le paillage s’inspire largement de ce cycle de vie.

Où faire du paillage?

Partout dans le jardin! Autour des plantes en pots, sous des arbres fruitiers, dans les parterres d’ornement ou entre les lignes de culture, même la dans la pelouse!

Le paillage, c’est zéro déchet avec les déchets de jardin!

  • Tonte de 100m² de pelouse = 40 à 150kg de tontes/an!

Idéalement, les tontes doivent être séchées en tas allongé, peu élevé et retourné le lendemain pour perdre de leur humidité et éviter ainsi une fermentation. Pailler avec ces tontes en couche peu épaisse (max. 3cm) .

  • Feuilles mortes (le meilleur paillage !)
  • Brindilles sèches, branches broyées, rameaux défleuris

Un broyage est nécessaire. Cela peut être à l’aide d’une tondeuse électrique avec carter métallique, pour les branches non sèches jusqu’à 1,5cm. Sinon, un broyeur est nécessaire. On préfèrera un broyeur qui écrase et éclate la branche plutôt qu’un broyeur à coupe. Les déchets de thuya, cyprès… seront séchés 1 à 3 semaines après broyage.

  • Aiguilles de conifères pour les plantes de terre de bruyère et fraisiers,
  • Déchets de fleurs, vivaces, légumes, éventuellement broyés, pour le potager. Attention : pas de paillage avec des plantes malades, ni sur une culture de la même espèce.

Le paillage, c’est zéro effort et tout bénéf’  1h pour pailler  = 8 à 10h de corvées évitées

En étalant les déchets de jardin, on profite des nombreux avantages du paillage :

  • protéger le sol du tassement et du dessèchement et maintenir une terre souple, sans binage !
  • réguler l’humidité du sol en restituant l’eau au fur et à mesure et en réduisant l’évaporation du sol
  • limiter les herbes non désirées
  • nourrir la terre et l’alléger, comme dans la nature
  • protéger et abriter les insectes auxiliaires
  • limiter les efforts de désherbages, arrosages, sarclage car la terre est toujours prête
  • plus besoin d’aller au recyparc ou d’acheter des paillages !

Le paillage peut aussi servir à créer des allées esthétiques et naturelles, par exemple !

Astuce ! Une terre bien préparée, nourrie et désherbée avant le paillage !

  1. Retirer toutes les plantes non désirées de la zone pour partir du bon pied.
  2. Préparer le sol : décompacter, ameublir, mettre un peu de compost, humidifier.
  3. Étaler une bonne épaisseur de 2 à 3 cm, juste après plantation.

Un maximum de paillage, un minimum de compost

Un bon paillis peut généralement suffire, à lui seul, à la réduction des déchets de jardin et à nourrir vos plantes. Néanmoins, le compost, réalisé à base de déchets de cuisine, est un fertilisant plus riche que le paillis. Un paillage à base de compost de plus de 3 mois peut donc être apporté aux plantes plus exigeantes ou pour améliorer la structure du sol, en fonction des besoins.

Autres paillages

On peut aussi pailler avec de la paille du fermier voisin ou du fumier pailleux décomposé, comme nos ancêtres. Cela donnera un gros coup de boost à vos plantations.

Le paillage avec du carton permet de faire mourir les herbes non désirées. Dans ce cas, il faudra renourrir la terre pour y cultiver, grâce à un apport de compost et un paillage organique.

Moins économique mais utile si vous n’avez pas beaucoup de déchets de jardin : les paillis vendus en commerce :

  • Des paillages organiques : écorces de pin, coques de fèves de cacao…

Ils offrent l’avantage d’être relativement naturels et de se décomposer dans le sol. Chaque variété ayant ses propriétés, il convient de faire un choix utile pour donner une valeur à votre sol, selon les plantations aux alentours.

  • Des paillages artificiels tels que la bâche géotextile.

De part leur côté non-organique, ces paillages ne se décomposent et ont la propriété de faire mourir le sol, ainsi que les plantes et micro-organismes qu’il abrite. A utiliser avec parcimonie.

Compostage

ASTUCE 31 : compostez, c’est à votre portée

Déchets de jardin et déchets organiques issus de nos cuisines peuvent aussi être valorisés à domicile grâce au compostage qui présente de multpiples avantages :

  • Il est une source d’économies : le compost ne coûte (presque) rien et évite l’achat d’engrais en magasin.
  • Il permet d’alléger votre poubelle et votre « facture déchets ».
  • Il fournit un engrais naturel : outre l’économie financière, le compost permet aussi d’éviter le recours à des engrais chimiques, polluant lors de leur production et lors de leur utilisation.
  • Il fait gagner du temps : en réduisant vos déplacements au recyparc.

En savoir plus

Vous désirez plus d'informations sur les dossiers du Magazine ?

Contactez-nous